Nos étoiles contraires – John Greene

étoiles

Résumé : Le roman raconte l’histoire de deux adolescents atteints de cancer.Hazel Grace Lancaster est la narratrice âgée de 16 ans. Ses parents l’obligent à fréquenter un groupe de soutien. Durant les séances, elle fait la connaissance d’Augustus Waters. Les deux adolescents se passionnent pour un roman de Peter Van Houten, qui se termine brusquement au milieu d’une phrase. Curieux du sort des personnages, Hazel et Augustus envisagent de se rendre à Amsterdam afin de rencontrer l’auteur. Ils effectuent le voyage grâce à une fondation d’aide aux enfants malades qui se charge d’exaucer leur vœu le plus cher. Une histoire d’amour se crée entre les deux adolescents.
 

Quand j’ai entendu parlé de « Nos étoiles contraires », c’était juste avant le lancement du film. J’ai pensé « Encore une énième histoire pour ado ». Etant assez sensible sur les histoires de cancer, j’ai voulu voir ce qu’il en était. J’ai lu le livre avant d’aller voir le film. Et la…LA CLAQUE.

On est ou avons déjà été un jour confronté au cancer. Que ce soit dans la famille, des amis. On connait ce rapport maladie/mort. Certaines fois l’issue est favorable. Certaines fois non. Dans tout les cas, on se pose tous cette question : et si ça m’arrivait ? Ici, c’est Hazel qui le vit. On partage la douleur, le cynisme. Son rapport à sa maladie. La relation parents/enfant malade. Leur impuissance face à la souffrance de leur enfant.

L’histoire est poignante, toujours juste en sentiment. Je me suis retrouvée ado face aux premiers amours (à la différence que je n’avais pas de canule nasale et des poumons à moitié noyés…). On s’attache à ce groupe d’ados que la nature n’as pas épargné et qui nous émeuvent tout au long du livre. Entre Isaac et sa monica (la sublime scène chez Gus de défoulage sentimental, et celles des oeufs…), Gus tout en légèreté, adorable face à Hazel, leurs maladresses d’ados. Et Hazel, qui m’aura tiré des larmes, autant dans le livre que dans le film. Hazel, déjà si réaliste, si poignante et si cinglante. On vit ses rêves, ses espoirs, ses attentes, sa douleur.

Le livre aurait pu tourner au mélo avec un sujet pareil. Mais au contraire, on navigue entre l’histoire « cancer » et la vie normale d’un ado d’aujourd’hui avec ses problèmes existentiels, les premiers amours, les rebellions face aux parents. Les premières grandes joies, les premières grandes peines.

Le film est dans la même lignée, les acteurs sont exactement comme je les avaient imaginés. Juste dans le ton. Poignants. La salle étaient en larmes. Le film aurait pu se faire sponsoriser par Kleenex que leur côte en bourse aurait grimpé en flèche !

Un conseil :

si vous ne l’avez pas lu : LISEZ LE. Si vous l’avez lu : relisez le !

Publicités

2 réflexions sur “Nos étoiles contraires – John Greene

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s