Hunger Games La révolte Partie 1 – Francis Lawrence

Bon quand autant vous prévenir, en ce qui concerne Jennifer Lawrence et Hunger Games, je ne suis pas objective. J’aime cette actrice, j’aime son humour, son naturelle, son jeu. Bref, je ne suis pas objective.

En ce qui concerne Hunger Games, je m’y suis interressée quand la bande annonce du premier volet est sortie. Mon mari m’as alors offert la trilogie, que j’ai dévorée en moins d’une semaine. J’ai aimé les adaptations et je me suis bouché les yeux et les oreilles quand les premières critiques sont sorties sur cet avant dernier volet.

On retrouve notre Katniss sauvée par le District 13 après avoir détruit l’arène et les Jeux. Perdue, déboussolée, sans Peeta, avec le poids que représente d’être le symbole de la rébellion. Symbole qui la dépasse depuis le début. Mais le Geai Mocqueur (ça fait quand même plus classe Mockingjay…). Après avoir découvert son ancien district rasée par le Capitole, et Peeta devenir le pantin de Snow, elle va se battre pour le sauver et libérer les districts.

 

Bon en étant un minimuuuuum objective, il est vrai qu’il n’était pas forcément nécessaire de faire le dernier volet en 2 parties. Oui il y a beaucoup de choses dans ce dernier volet mais business is business comme on dit. Leur Geai Moqueur s’est transformé en poules aux oeufs d’or alors dur dur de s’asseoir sur des milliers (millions) de dollars.

Cet avant dernier volet est avant tout psychologique. La rébellion se met en place, Katniss traumatisée par les Jeux essaie de sortir la tête de l’eau mais sans son binôme de jeux, dur de trouver quelqu’un pour la comprendre. Et de découvrir l’horreur de la guerre est une épreuve de trop pour elle. Tout comme l’avant dernier Harry Potter, cet opus est juste une préparation pour le final que l’on attend explosif (surtout pour ceux qui ont lu les bouquins et qui savent l’émotion que représente le dernier tome…).

On retrouve dans ce dernier volet le regretté Philip Seymour Hoffman dans le rôle de Plutarch. J’avoue avoir eu un pincement au cœur en le voyant à l’écran, et me dire qu’on ne verra plus jamais son talent à l’écran.

Même si ce film était un peu mou, un peu longuet mon amour inconditionnelle pour Jennifer aka Katniss ne me rend pas du tout objective.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s