L’art d’écouter les battements de coeur – Voyage initiatique au coeur de la Birmanie

L_art_d_ecouter_les_battements_de_coeur Je n’attendais pas grand chose de ce livre. La 4ème de couverture lu rapidement à la Fnac avant de prendre un train m’avait légèrement accrochée. Je me suis dit que ce serait un bon livre pour l’été.

Et c’est peut être parce que je n’attendais rien de particulier que Jan-Philipp Sendker m’a transporté. J’ai voyagé aux confins de la Birmanie et découvert un pays aux milles richesses. Un voyage initiatique avec l’héroïne au cœur de ses origines.

Un matin, le lendemain du jour où Julia obtient son diplôme de droit, Tin Win, son père, un brillant avocat de Wall Street, quitte son domicile et disparaît mystérieusement. Quelques semaines plus tard, son passeport est retrouvé dans les environs de l’aéroport de Bangkok. Quatre ans ont passé. Julia est devenue avocate. En rangeant le grenier de leur maison, Judith, sa mère, découvre des lettres d’amour que Tin a écrites – mais jamais envoyées – à Mi Mi, une jeune Birmane de Kalaw, son village natal. Julia, qui ne s’est jamais résignée à l’absence de son père, décide alors de se rendre sur place pour percer le mystère qui entoure son passé.
Elle pénètre dans un univers dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Grâce à U Ba, un vieux Birman, elle apprendra que Tin possédait un don, celui de déchiffrer l’âme des gens en écoutant les battements de leur cœur.

C’est littéralement un beau livre.

  • De part son histoire, une fille qui part à la recherche de son père disparu et qui va apprendre autant sur elle que sur le passé de ce dernier.
  • Beau par la découvertes des paysages birmans. Tout y est décrit. De l’odeur du curry sur les étals de marché, à la poussière sur les pieds nus des enfants, en passant par les pluies d’orage et les bruissements de la forêt. La description minutieuse m’a embarqué dans un pays totalement inconnu pour moi.
  • Beau par ses personnages emprunt d’humilité. Une belle leçon de vie. Des êtres que la vie n’a pas épargné aux destins exceptionnels.

Un passage du livre résume très bien ce que j’ai pensé du livre :

Les mots peuvent-ils avoir des ailes ? Peuvent-ils scintiller dans l’air comme des papillons ? Peuvent-ils nous emporter, captifs, dans un autre monde ? Peuvent-ils ouvrir les ultimes chambres secrètes de nos âmes ?

Que savons-nous de nos parents et que savent-ils de nous? Et si nous ne connaissons même pas ceux qui nous accompagnent depuis notre naissance – et si eux ne nous connaissent pas non plus – , alors, que pouvons-nous espérer savoir de tout un chacun?

Il n’attendait rien de la vie. Non parce qu’il était déçu ou amer. Il n’attendait rien parce qu’il avait déjà connu tout ce qu’il était important de connaître. Il possédait tout le bonheur auquel on peut prétendre. Il aimait et il était aimé. De façon inconditionnelle.

 

Un livre sur la famille, l’amour, la spiritualité à découvrir de toute urgence.

Crédits photos : site geo.fr

coucher-de-soleil-sur-les-pagodes-de-bagan-0_940x705 en-pleine-meditation les-ombrelles-de-nyaung-oo-0 moine-dans-une-riziere_940x705 Nattapon_Sritrairat_01 PONT-U-BEIN

Publicités

3 réflexions sur “L’art d’écouter les battements de coeur – Voyage initiatique au coeur de la Birmanie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s