How to get away with murder

Oui oui oui je sais, ça fait bien trop longtemps que je ne suis pas venu. Je suis en congé baleineau (maternité) alors je n’ai plus d’excuses direz vous ! Je suis (toujours…) en train de lire La Face cachée de Margo : mon dieu je n’ai jamais autant mis de temps pour un lire un livre. Et généralement si je met autant de temps c’est qu’il y a baleine sous cachalot (non les sous entendus marins de ces derniers temps n’ont rien à voir avec le fait que je ne vois plus mes pieds !). Bref… j’ai laissé cette névrosée de Margo et ses acolytes pour découvrir une série US dont je suis devenue accro : How to get away with murder.

 

Bon avec comme maman Shonda Rhimes (Scandal et Grey’s Anatomy) et l’excellente Viola Davis, je me demande encore pourquoi j’ai mis tant de temps à réagir et à me lancer dans le visionnage de la 1ère saison. Sûrement la faute à M6 et ses programmations bidons (ah bah il faut bien un coupable voilà c’est tombé sur eux !).

How to get away with murder raconte l’histoire d’Annalise Keating, professeur de droit et avocate renommée à la tête de son propre cabinet. La meuf balèse quoi. Chaque année, quelques-uns de ses étudiants ont le privilège de (devenir ses esclaves consentants) travailler dans son cabinet. Mais un jour, ces derniers sont impliqués dans un meurtre… (et la ça part en vrille… J’A.D.O.R.E !)

Chaque épisode suit une affaire que défend Keating avec en parallèle, ses mousquetaires qui font tout pour planquer le cadavre de son mari. Donc à chaque épisode on en apprend un peu plus, tel le Petit Poucet qui remonte la trace de ses petits cailloux.

Ce qui m’a poussé à regarder la série –  à part les journées très longues affalée telle une baleine (et oui encore !) échouée sur un banc de sable – c’est le discours plus qu’émouvant qu’a prononcé Viola Davis lors de la remise de son Emmy Awards. Elle est devenue la 1ère femme noire à recevoir le prix de la meilleure actrice dans une série (il leur a fallu du temps aux ricains…). Je connaissais cette actrice par différents rôles qu’elle a joué au cinéma. Alors c’est peut être les hormones de grossesse mais j’étais complètement effondrée quand j’ai entendu son speech. Ce qui m’as encore plus donné envie de regarder cette série. Et puis il faut dire que la série est plutôt réussi. De bons ingrédients : sexe, mensonges et meurtres. Le trio gagnant. Une tête d’affiche Viola Davis et de très bons seconds rôles quoiqu’un peu trop cliché (le gay, le black sorti d’une petite fac, la black ambitieuse, le fils à papa etc…) mais bon on se laisse prendre au jeu et savoir comment ils vont s’en tirer !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s